>
Guide ETF
>
Comment choisir un bon ETF en 9 étapes ?

Comment choisir un bon ETF en 9 étapes ?

Outre la simplicité relative de l’investissement sur ETF et de la création de portefeuilles financiers efficaces sur ces supports, la grande diversité de choix engendre dorénavant une difficulté qui a tendance à perdre les investisseurs débutants. Nous allons voir comment, étape par étape, choisir l’ETF qui correspond à votre stratégie d’investissement.
Trouver le meilleur ETF

Choisir un ETF : Points clés

  1. Savoir lire le nom d’un ETF
  2. Définir votre objectif d’investissement (Classe d’actifs -La zone géographique - Le secteur économique - Le style d’investissement du fonds)
  3. Utilisez un sélecteur d’ETF (bientôt disponible sur Jackfund)
  4. Choisir la méthode de traitement des dividendes selon vos objectifs
  5. Sélectionnez les plus performants
  6. Choisissez la méthode de réplication que vous privilégiez
  7. Privilégiez les ETF dont l’âge, l’encours et le volume d’échange sont les plus élevés
  8. Choisissez la classe d’action de l’ETF qui vous convient
  9. Assurez-vous que vous pouvez le négocier chez votre courtier
  10. Enfin, si il vous reste encore du choix, privilégiez un gérant d’ETF leader.
sommaire

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Suspendisse varius enim in eros elementum tristique. Duis cursus, mi quis viverra ornare, eros dolor interdum nulla, ut commodo diam libero vitae erat. Aenean faucibus nibh et justo cursus id rutrum lorem imperdiet. Nunc ut sem vitae risus tristique posuere.

Introduction

Outre la simplicité relative de l’investissement sur ETF et de la création de portefeuilles financiers efficaces sur ces supports, la grande diversité de choix engendre  dorénavant une difficulté qui a tendance à perdre les investisseurs débutants. Nous allons voir comment, étape par étape, choisir l’ETF qui correspond à votre stratégie d’investissement.

Avant de sélectionner votre ETF

Savoir lire le nom d’un ETF

Avant de rentrer dans les caractéristiques détaillées, le nom d’un ETF vous apporte déjà un certain nombre d’informations qui, si vous savez les lire, vous feront gagner du temps lors de la sélection.

Comment décrypter le nom d'un ETF

Le nom d’un ETF se décompose, le plus souvent, en 4 parties :

  1. La société émettrice et gestionnaire : C’est la société qui gère le fonds. Dans notre exemple, iShare appartient à Blackrock, leader mondial. Préférez les leaders sur le marché, lorsque vous en avez le choix afin de limiter le “risque” de liquidation de l’ETF.
    a) Parfois, la gamme de l’ETF est précisée. Les sociétés émettrices peuvent organiser leurs ETF par gamme. Ici “Core” correspond à une gamme iShares d’ETF passifs à faible frais de gestion.
  2. L’indice répliqué : Il s’agit de L’information la plus importante ! Elle  vous présente  le type d’actifs détenus dans l’ETF et donc, sur quoi il investit.
  3. La directive réglementaire : La norme réglementaire à laquelle l’ETF répond, le cas échéant. Ici, l’ETF répond à la directive européenne UCITS.
  4. Informations complémentaires : Politique de traitement des dividendes, devise du fond, protection contre le risque de change… Diverses informations peuvent être trouvées ici. Exemple :
  • (Acc)” : signifie que l'ETF réinvestit les dividendes versées par les actifs sous-jacents. On peut retrouver l’information sous d’autres formes comme “A” ou “C”. En opposition à “(Dist)” ou “D” qui indique une politique de redistribution des dividendes.
  • “(EUR Hedged)” signifie que le fonds gère des positions de protection contre le risque de change, avec l’Euro comme devise de référence.

Définir votre objectif d’investissement :

Si parcourir la longue liste des ETF disponibles est une bonne manière de chercher de l’inspiration, sélectionner un ETF demande à savoir précisément ce que l’on veut faire. Vous devez vous faire une idée, au moins dans les grandes lignes, de la construction de votre portefeuille financier. C’est de cette base que vous pourrez définir les grandes caractéristiques de l‘ETF recherché :

La classe d’actifs

Dans la grande majorité des cas, un ETF est concentré sur une seule classe d’actifs :

La première étape consiste donc à ne retenir que les ETF qui investissent dans la classe d’actifs que vous souhaitez.

La zone géographique / sectorielle

C'est ici que la diversité des options prend de l’ampleur. Vous pouvez décider de ne pas décider et partir sur une exposition mondiale et multisectorielle, estimant que vous ne parviendrez pas à déterminer dans quelles zones économiques ou quels secteurs économiques la croissance sera plus forte que la moyenne mondiale.

Ou alors, vous pouvez prendre le temps de la réflexion et chercher à tirer profit de votre vision du monde et de l’avenir :

rendements 1 an actions par pays

Quels pays ou zones économiques auront une meilleure performance économique à l’avenir :

  • Les Etats-Unis ?
  • La chine ? L'Asie toute entière ?
  • La zone Euro ? L'Europe entière ?
  • L'Amérique latine ?
  • etc.

Idem pour les secteurs économiques :

  • L’industrie textile ?
  • La blockchain ?
  • L’intelligence artificielle ?
  • Le service aux collectivités ?
  • L’industrie pétrolière ?
  • etc.

Les ETF vous permettent de faire ces choix : l’un ou l’autre, ou bien les deux en même temps :

  • L’industrie pétrolière aux Etats-unis ?
  • Les biens de consommation en Chine ?
  • Les nouvelles énergies dans le monde ?
  • etc.

Le style d’investissement


Vous pouvez être encore plus précis dans votre définition de l’objectif d’investissement d’un ETF : Le style d’investissement va permettre d’apporter une dimension supplémentaire. Par exemple :

heatmap rendements 1 an actions par facteur

Certains ETF se focalisent sur les entreprises qui respectent les normes ISR (l’Investissement Socialement Responsable), vous pouvez ainsi concentrer vos investissements sur :

  • les acteurs qui luttent contre le changement climatique
  • L’investissement “vert”
  • L’eau
  • etc.

D’autres vont arbitrer les entreprises selon le respect de critères factorielles :

  • Uniquement des “small caps”, entreprises de petite capitalisation boursière
  • Uniquement des entreprises “Momentum”, entreprises dont les cours de bourse sont en tendance haussière
  • Uniquement des entreprises “Value”, entreprises dont les ratios financiers indiquent que le prix de l’action est bas
  • etc.

Enfin, d’autres ETF peuvent se concentrer sur des entreprises qui versent des dividendes.


L’indice suivi

L’objectif d'investissement en tête, il faut ensuite s’assurer que l’indice suivi par l’ETF corresponde bien à ce que l’on souhaite. Pour cela, vous pouvez vous renseigner auprès de la société qui gère l’indice. Les principaux sont :

Les sites des gérants d’indices vous permettent d’avoir une information précise et fiable.

Investisseur particulier ou professionnel : le norme UCITS

Afin de commercialiser des ETF aux investisseurs particuliers européens, les sociétés émettrices d’ETF sont dans l’obligation de répondre à la directive UCITS, qui vise à protéger les épargnants en évitant d’éventuelles dérives.

La conséquence est qu’en tant qu’investisseur particulier, vous ne pourrez pas investir dans un ETF qui ne répond pas à la directive UCITS. Votre recherche devra donc se concentrer sur ceux-ci, à moins de vous déclarer auprès de votre courtier comme investisseur professionnel.

Compatible avec l’enveloppe fiscale

Certaines enveloppes fiscales - comme le PEA - fixent des exigences restrictives sur les actifs qu’il est possible d’y loger. Il faut donc veiller à ce que ce que vous souhaitez faire soit possible dans votre enveloppe fiscale. Sinon considérez la possibilité d’utiliser plusieurs enveloppes fiscales (CTO et Assurance vie)

Bien choisir un ETF avec précision

Rater le bon ETF (sur l’indice choisi) n’est pas très grave, il ne vous coûtera que quelques pourcents de performance, mais ne changera pas de manière drastique vos résultats. Cependant, les quelques minutes passées à sa sélection peuvent être très bien rémunérées, si vous effectuez  les bons choix.

A ce stade, vous savez sur quoi vous souhaitez investir. Regardons maintenant comment choisir le meilleur ETF pour coller à vos objectifs d’investissement et optimiser l’ensemble.

Son traitement des dividendes

La manière dont l'ETF traite les dividendes versés par les actifs sous-jacents est une caractéristique clé sur laquelle prêter une attention toute particulière, car ce choix a un impact non négligeable sur la performance nette à long terme. Pour effectuer ce choix, vous devrez tenir compte :

  • De votre objectif : rente ou capitalisation ?
  • De la fiscalité des gains et dividendes subis par votre investissement sur cet ETF

En résumé, les ETF à capitalisation sont à privilégier dans une majorité de cas.

Concrètement, alors qu’un ETF distribuant va vous verser les dividendes perçus des actifs sous-jacent, un ETF capitalisant les réinvestit directement en rachetant des actifs, faisant ainsi croître la valeur du fonds.

La qualité de réplication

La promesse de l’investissement passif sur un ETF n’est pas de réaliser des performances supérieures à l’indice suivi, mais de répliquer celle-ci d’une manière la plus fidèle possible. Ainsi, l’ETF parfait aura exactement la même courbe de performance que son indice de référence. 

Pour mesurer cette performance - la qualité de réplication - vous pouvez vous intéresser à deux métriques : Le tracking error et le tracking difference.

  • Tracking error

Le tracking error mesure la variabilité ou l’écart entre la performance quotidienne de l’ETF et de son indice de référence. Plus les performances sont similaires, plus le tracking error tendra vers 0. Un bon tracking error est donc proche de 0.

  • Tracking difference

Le tracking difference est l’information la plus importante pour mesurer la performance d’un ETF. Elle représente la différence de performance à long terme entre l‘ETF et l’indice répliqué. Un ETF fait face à des réalités de gestion qui n’affectent pas les indices : ils subissent des frais qui grignotent la performance brute des actifs détenus par l’ETF.

Les frais de gestion sont compris dans le calcul du tracking difference. En d’autres termes, un ETF avec des frais de gestion plus élevés mais un tracking difference faible a été un meilleur ETF. Cependant, il est plus difficile d’avoir un tracking difference faible lorsque les frais de gestions sont élevés.

Il vous faudra donc privilégier les ETF dont le tracking error et tracking difference sont les plus proches de zéro.

Ses frais de gestion

Les frais de gestion des ETF ont leur importance car ils impactent directement le tracking difference. Vous ne les payez pas directement, car la performance d’un ETF est toujours nette des frais de gestion (ils sont déduits de la valeur de son action).

Privilégier autant que possible des ETF dont les frais sont les moins chers, c’est se donner les meilleures chances d’avoir un tracking difference faible à l’avenir.

La méthode de réplication

Sans véritable impact sur vos résultats finaux, le choix de la méthode de réplication répond davantage à des critères personnels :

  • Pour investir dans un PEA sur des actifs hors Union Européenne, il est nécessaire de se diriger vers des ETF à réplication synthétique.
  • Si vous craignez le risque supplémentaire des SWAP de performance, privilégiez les ETF à réplication physique.
  • Si vous préférez investir réellement dans les actifs sous-jacents, choisissez les ETF à réplication physique.
  • Certains ETF, investis sur des valeurs peu liquides, auront de meilleures performances en réplication synthétique. Par exemple, pour investir sur un ETF Amérique latine small caps, mieux vaut privilégier un ETF Synthétique.

Âge, encours et liquidité de l’ETF

 Pour un investissement de long terme, ces caractéristiques ne sont pas déterminantes, mais peuvent justifier le choix d’un ETF plutôt qu’un autre.

  • L’âge

Plus un ETF a d’historique, plus vous pouvez vous assurer que sa performance est reproductible dans le temps. C'est-à-dire que l’équipe de gestion a fait ses preuves ! L’autre intérêt se trouve dans vos backtest. Chez Jackfund, vous pouvez tester la performance passée de vos stratégies ETF : plus les ETF sélectionnés ont un long historique, plus vous avez d’informations sur le comportement passé de vos stratégies.

  • L’encours

Plus un ETF a d’encours (ou actifs sous gestion), moins les chances de le voir disparaître sont grandes. L’encours, c’est le nerf de la guerre pour un ETF. Pour ne pas perdre d’argent, la société de gestion doit récolter suffisamment d’encours et ainsi pérenniser l’ETF. Cela-dit, la disparition d’un ETF n’a pas d’autres conséquences pour l’investisseur que l’obligation d’en acheter un autre…

  • La liquidité

La liquidité d’un ETF représente sa facilité à être négociée. Plus il y a d’offre et de demande, plus l’ETF est liquide (vous trouvez facilement une contrepartie pour acheter ou vendre l’ETF). Ainsi, un ETF peu liquide va engendrer des coûts indirects :

  1. Coûts liés à la variation défavorable du prix de l’ETF entre le moment où vous envoyez votre ordre d’achat ou de vente et le moment où celui-ci est exécuté (a trouvé une contrepartie).
  2. Coûts liés à une différence plus grande entre l’offre et la demande (appelé spread, soit l’écart entre le prix proposé et le prix offert). Il faudra veiller à être particulièrement vigilant au spread dans le cadre d’un investissement de court-terme. 

Cela-dit, dans une optique long terme, les ETF peu liquides n’ont qu’un impact marginal sur les performances.

Plusieurs éléments influencent la liquidité d’un ETF :

  1. La liquidité des actifs sous-jacents (les actions small caps ou les obligations sont moins liquides)
  2. Le volume d’échange quotidien de l’ETF: plus il y en a, mieux c’est.
  3. L’encours de l’ETF: plus il y en a, mieux c’est.
  4. Le nombre d’actionnaires de l’ETF et la répartition des parts: plus il y en a, mieux c’est.
  5. Les conditions de marché (la volatilité). 

Sa devise de cotation

Lorsque vous avez sélectionné un ETF, vous n’avez pas encore fini le travail. Pour rappel, un ETF est coté en bourse, vous l’achetez donc sur des places de marchés. Vous achetez des actions de l’ETF, soit des parts. Mais vous pouvez acheter ses actions sur différentes places de marchés. Ces actions peuvent être cotées dans différentes devises, même s’il s'agit de parts d’un même ETF.

  • Places de cotation

Le même ETF peut être acheté à la bourse de Paris, de Francfort, de Milan, de Londres etc. Ce sont à chaque fois des actions différentes du même ETF. Pour choisir la bonne place de marché pour vous, concentrez-vous sur deux critères :

  1. Les frais de transactions facturés par votre courtier peuvent varier selon la place de marché : privilégiez celle qui engendre le moins de frais.
  2. La devise de cotation : vérifiez bien que l’action cote dans la devise souhaitée (on privilégie généralement sa devise de consommation, l’Euro)
  • Le risque de devise

Lorsqu’on construit un portefeuille financier diversifié, on investit dans des zones géographiques avec différentes devises. Alors, on s’expose à ce qu’on appelle le risque de change ou, risque de devise. Chaque devise voit sa valeur varier par rapport à une autre devise, ainsi vos actifs en devises étrangères seront impactés par la variation du taux de change.

Exemple :

Tableau impact taux de change ETF
Evolution de la valeur d'un ETF USD en EUR selon le taux de change

La devise de cotation n’a aucun impact sur le risque de change. Elle a un impact sur les frais de change facturés par votre courtier lorsque vous convertissez cette devise en Euro et inversement.

La devise du fond (la devise utilisée par le fond pour sa gestion et sa comptabilité), n’a aucun impact sur le risque de change.

C’est la devise de cotation des actifs sous-jacents qui a un impact.

  • Hedge 

Certains ETF proposent une protection contre les variations des taux de change. En gros, ils achètent des produits financiers qui vont compenser ces variations. L’ETF va alors se comporter comme si le taux de change ne variait pas. Cela peut sembler être une solution idéale mais voilà, ces produits financiers ont des coûts qui grignotent petit à petit la performance

Il est donc préférable de privilégier les ETF avec Hedge lorsqu’on y investit pour du court terme.

Récapitulatif ETF et devises :

Comment choisir l'action et la devise d'un ETF

Sa disponibilité chez votre courtier

Cela peut paraître évident, mais n’oubliez pas que votre courtier / Banque / assurance-vie ne vous donne que rarement accès à l'ensemble des ETF du marché. Il faut donc vous assurer de la disponibilité à l’achat des ETF envisagés. Cela est surtout vrai sur les assurances vie, qui ne proposent en général qu’une sélection limitée d’ETF, le reste étant des OPCVM traditionnels souvent bourrés de frais.

L’émetteur de l’ETF

La dernière étape s’il vous reste encore du choix, est de sélectionner en priorité les gérants d'ETF les plus importants, afin de limiter les risques de liquidation de l’ETF ainsi que les risques de contrepartie :

  • Lyxxor
  • Ishares
  • Amundi
  • Xtrackers
  • SPDR
  • Invesco
  • BNP Paribas
  • etc.