>
Obligations
>
Comment les taux d'intérêt affectent le prix des obligations ?

Comment les taux d'intérêt affectent le prix des obligations ?

La relation taux d'intérêt / prix des obligations n'aura plus de secret pour vous.
Les mécanismes qui gouvernent la relation taux d'intérêt et prix des obligations

Points clés

  • Lorsque les taux d'intérêt montent, le prix des obligations baissent
  • Lorsque les taux d'intérêt baissent, le prix des obligations montent
  • Plus les obligations ont une échéance lointaine, plus l'effet est amplifié
  • L'inflation agit, via les banques centrales, sur les taux d'intérêt
  • Il est possible de se protéger du risque de taux avec les obligations à taux variable ou indéxées à l'inflation
sommaire

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Suspendisse varius enim in eros elementum tristique. Duis cursus, mi quis viverra ornare, eros dolor interdum nulla, ut commodo diam libero vitae erat. Aenean faucibus nibh et justo cursus id rutrum lorem imperdiet. Nunc ut sem vitae risus tristique posuere.

Si vous achetez une nouvelle obligation et prévoyez de la conserver jusqu’à l’échéance, l’évolution de son prix, des taux d’intérêt du marché et des rendements ne vous affectera pas, sauf si l’obligation est rachetée par l’émetteur (callable bonds). Mais les investisseurs ne sont pas contraints d’acheter des obligations directement à l’émetteur et de les conserver jusqu’à l’échéance ; ils peuvent au contraire acheter et vendre des obligations à d’autres investisseurs sur ce que l’on appelle le marché secondaire. Comme pour les actions, le prix des obligations peut être supérieur ou inférieur à la valeur nominale de l’obligation en raison de l’environnement économique actuel et de la santé financière de l’émetteur.

Mesure du prix des obligations

Le prix est important lorsque vous avez l’intention d’échanger des obligations avec d’autres investisseurs. Le prix d’une obligation est ce que les investisseurs sont prêts à payer pour une obligation existante.

Les prix des obligations sont indiqués en termes de pourcentage de la valeur nominale (au pair).

  • Si le prix est de 100, alors la valeur de l’obligation est de 100 % de son nominal
  • Si le prix est de 90, alors la valeur de l’obligation est de 90 % de son nominal

La prime de risque

Qu’est-ce que la prime de risque ?

Une prime de risque correspond au rendement qu’un actif est censé rapporter en plus du taux de rendement sans risque. La prime de risque d’un actif constitue une forme de compensation pour les investisseurs. Elle représente un paiement aux investisseurs pour supporter le risque supplémentaire d’un investissement donné par rapport à celui d’un actif sans risque.

Par exemple, les obligations de haute qualité émises par des entreprises solidement établies et générant d’importants bénéfices sont habituellement assorties d’un faible risque de défaillance. Par conséquent, ces obligations sont assorties d’un taux d’intérêt plus faible que les obligations émises par des sociétés moins solides et qui présentent un risque de défaillance plus élevé. Les taux d’intérêt supérieurs que doivent payer ces sociétés plus fragiles sont la façon dont les investisseurs sont dédommagés de leur plus grande tolérance au risque.

Cette différence de rendement entre le taux de rendement sans risque et le taux de rendement d’un investissement est appelée la prime de risque.

Comment les taux d’intérêt font-ils varier le prix des obligations ?

Les taux d’intérêt

Les obligations sont essentiellement en concurrence les unes avec les autres sur la base des revenus d’intérêts qu’elles assurent aux investisseurs. 

Lorsque les taux d’intérêt augmentent, les nouvelles obligations émises sont assorties d’un taux de coupon plus élevé et offrent davantage de revenus aux investisseurs. 

Lorsque les taux baissent, les nouvelles obligations émises ont un taux de coupon plus bas et ne sont pas aussi attractives que les anciennes obligations.

Par conséquent, la seule façon d’accroître la compétitivité et la rentabilité pour les nouveaux investisseurs est de baisser le prix de l’obligation. L’acheteur initial de l’obligation reçoit toujours la même quantité (valeur) de coupons, mais la valeur de son investissement a baissé.

Cette relation peut également être exprimée entre le prix et le rendement. Le rendement d’une obligation (son rendement à l’échéance, exprimé en pourcentage annuel) est affecté par le prix payé par l’acheteur.

Lorsque les taux d’intérêt augmentent, le prix des obligations baisse, et lorsque les taux d’intérêt baissent, le prix des obligations augmente. Cette relation inverse peut sembler un peu déroutante à première vue, mais un exemple concret peut donner une meilleure idée. 

Relation prix-rendement pour une obligation de maturité 10 ans et de taux facial de 9 %.

Évolution du rendement d'une obligation selon son prix

La duration

Le terme « duration » mesure la sensibilité d’une obligation aux variations des taux d’intérêt du marché, il prend en compte :

  • les paiements de coupons, en valeur brute (c’est-à-dire en fonction de sa valeur nominale)
  • la date d’échéance de l’obligation.

La duration d’une obligation est exprimée en années et permet de comparer différentes obligations ou différents fonds obligataires.

Plus la duration d’une obligation est longue, plus elle est sensible aux variations des taux d’intérêt.

Exemple : Prix et taux d’intérêt

Pour une obligation d’entreprise d’échéance à plus de 20 ans, dont la prime de risque est stable à 2 %

Influence des variations de taux d'intérêt sur le prix des obligations

Supposons que vous achetiez une obligation d’entreprise avec un taux de coupon de 7 %. Pendant que vous possédez l’obligation, le taux d’intérêt en vigueur augmente à 7 %, puis tombe à 3 %.

  1. Le taux d’intérêt en vigueur est de 5 % et la prime de risque de l’émetteur est de 2 %. Le prix de l’obligation est de 100, ce qui signifie que les acheteurs sont prêts à vous payer la totalité des 1 000 dollars pour votre obligation.
  2. Les taux d’intérêt en vigueur augmentent à 7 %. Les acheteurs peuvent obtenir environ 9 % sur les nouvelles obligations à prime de risque équivalente, ils ne seront donc désireux d’acheter votre obligation qu’à un prix réduit, afin d’en augmenter son rendement. Dans cet exemple, le prix tombe à 81,6, ce qui signifie qu’ils sont prêts à vous payer 816 $ (1 000 $ x 0,816). À un prix de 81,6, le rendement à l’échéance (YTM) de cette obligation correspond maintenant au taux d’intérêt en vigueur de 7 %.
  3. Le taux d’intérêt en vigueur tombe à 3 %. Les acheteurs ne peuvent obtenir que 5 % sur les nouvelles obligations à risque similaire. Ils sont donc prêts à payer un supplément pour votre obligation, car elle rapporte des intérêts plus élevés. Dans cet exemple, le prix passe à 125, ce qui signifie qu’ils sont prêts à vous payer 1250 $ (1000 x 1,25). À un prix de 125, le rendement à l’échéance de cette obligation correspond maintenant au taux d’intérêt en vigueur de 3 %.

De combien les obligations baissent-elles lorsque les taux d’intérêt augmentent ?

Il existe une formule assez complexe pour déterminer approximativement le montant de la décote, qui tient compte de ces variables : 

  • Les taux d’intérêt actuels 
  • Combien de coupons seront versés jusqu’à l’échéance
  • Le montant de chaque paiement de coupon 
  • La valeur à l’échéance de l’obligation ou sa valeur nominale

Par exemple, si vous avez acheté une obligation de 1 000 € à 4 % de taux de coupon, avec 24 coupons de 20 € chacun, voici comment une hausse des taux d’intérêt impacterait la valeur de votre investissement :

Nous ignorons la prime de risque et partons donc du principe que l’obligation est totalement garantie.

Évolution de la perte d'un investissement obligataire lors d'une montée des taux d'intérêt

L’inflation

Les conditions inflationnistes conduisent généralement à un environnement de taux d’intérêt plus élevés. Par conséquent, l’inflation a le même effet que les taux d’intérêt. Lorsque le taux d’inflation augmente, le prix d’une obligation a tendance à baisser, car l’obligation peut ne pas payer suffisamment d’intérêts pour rester en avance sur l’inflation. N’oubliez pas que le taux d’intérêt nominal d’une obligation à taux fixe reste généralement inchangé pendant toute la durée de l’obligation.

Les banques centrales pilotent l’inflation grâce aux taux d’intérêt

Les banques centrales ont pour mission de réguler la croissance économique et l’inflation, en fixant les taux d’intérêt en vigueur. Lorsque l’inflation frappe à la porte, causée par une expansion économique, les banques centrales remontent les taux d’intérêt, afin de contrôler un éventuel emballement économique et inflationniste. Idem dans une situation économique inverse, les banques centrales baissent les taux d’intérêt, pour stimuler la croissance économique et éviter une déflation.

En conclusion

S’il n’y a qu’une chose à retenir, c’est la relation inverse qu’entretiennent les taux d’intérêt avec le prix des obligations à taux fixe : lorsque les taux d’intérêt augmentent, le prix des obligations baisse et lorsque les taux baissent le prix des obligations augmente. L’inflation est le symptôme que les banques centrales cherchent à traiter en manipulant les taux d’intérêt, ses variations ont donc le même effet sur le prix des obligations que celles des taux d’intérêt.
La variation du prix des obligations qui résulte d’une variation des taux d’intérêt est appelée le “risque de taux”. Ce risque n’est pas impossible à supprimer ou réduire pour l’investisseur obligataire qui pourra s’en couvrir grâce à certains types d’obligations. C’est le cas des obligations à taux variable ou celles indexées sur l’inflation.